La pensée du moment : " Libertiner, c`est se mettre à nu en public, au propre comme au figuré "
Vous trouverez toutes sortes de gens dans le milieu partagiste : des couples mariés, concubins, clandestins, des trios, des célibataires, des prostituées... Et vous, êtes-vous en couple ?
Qu'est-ce qu'un couple ?

Finalement, la meilleure définition du couple que nous ayons trouvée est

"Union de deux personnes qui estiment qu'il faille informer l'autre de la fin de la relation le cas échéant"

Puisque nous sommes dans les réflexions profondes, posez-vous celle-ci :

Aimez-vous "être en couple" ou aimez-vous "votre partenaire"

Vous trouverez toutes sortes de couples dans le milieu partagiste :

Il nous arrive parfois, à Souri et à moi, d'accompagner un libertin ou une libertine débutante en club. Nous nous séparons alors temporairement pour "faire couple" avec le ou la nouvelle arrivant(e) afin qu'il ou elle se sente à l'aise.

Est-il obligatoire d'être en couple pour pratiquer le partagisme ?

Non, même si c'est majoritairement le cas. En vrac, on trouvera :

On peut donc être une femme ou un homme seul, mais la proportion n'est pas équitable !

Le mariage est la cause principale de divorce
Proportion hommes/femmes sur les sites d'annonces

Pour exemple, voici la répartition des personnes connectées sur NetEchangisme, le 11 janvier 2008, à 16h30 :

Une femme seule pour plus de dix hommes seuls. La concurrence va être sévère !

Les couples recherchent, en immense majorité, d'autres couples et des femmes seules.

Les hommes ont tendances à zapper leurs conquêtes, même si ce sont de "bons coups", à l'affût perpétuel de la nouveauté. La nature même des femmes, fussent-elles de gaillardes libertines, leur donne envie de s'arrêter plus longuement sur les meilleurs amants. Aussi, tant les hommes seuls (trop nombreux) que les femmes seules (face à l'éphémère envie des hommes) peuvent ressentir une douloureuse impression de solitude malgré l'apparent embarras du choix.

Accueil des célibataires et des couples en club

Les femmes seules seront fréquemment les bienvenues, et l'entrée leur sera parfois offerte. Elles sont toutefois si rares qu'elles pourraient être confondues avec des prostituées, et donc refusées par le personnel d'accueil.

Les couples seront aussi les bienvenus, et lors de soirées mixtes, parfois gracieusement invités. Ils paieront toujours moins cher à deux qu'un homme seul.

Les hommes seuls seront soit :

... mais jamais invités...

Cette situation pousse les hommes à se remettre en question, ce qui nous paraît une bonne chose !

Afin de se frayer un chemin dans le milieu libertin, ils devront mobiliser leur énergie pour paraître aimables, soignés, galants, souriants, bons joueurs. Ils devront apprendre à se faire éconduire sans se formaliser, à parler aux autres hommes, femmes et couples de manière courtoise.

Tout le monde y gagne. Plus les hommes se comportent élégamment, plus les femmes trouveront leur plaisir, et reviendront volontiers. Voyez le chapitre "Conseils aux hommes seuls" pour plus de détails.

- Moi j'ai un truc pour séduire les femmes ! Je fais en sorte qu'elles ne s'intéressent pas à moi !
- Et ça marche ?
- Oui : elles ne s'intéressent pas à moi
(Chevallier-Laspalès)

Etes-vous un homme libre ? (célibataire/divorcé/veuf)

La vie de libertin est moins facile d'accès que pour un couple.

Il est difficile de se sentir étiqueté comme obsédé sexuel, détraqué, salaud, ou malade... Que font alors les hommes à la sexualité particulièrement active ?

Les visites de prostituées étant ressenties comme un déshonneur, il est clairement moins honteux d'être libertin que client !

Les hommes font l'amour aux femmes pour leur faire plaisir, sinon, quel serait leur intérêt de faire perdurer l'acte sexuel au delà de trois minutes ?
Frédéric Recrosio (humoriste Suisse)

Les hommes ont un impérieux besoin de séduire, et coucher contre de l'argent leur octroie le plaisir sexuel sans le plaisir de séduire.

De plus, les filles de joie simulent. Comme si le comportement pressé et sans égards de leur client pouvait les faire jouir :-)

La morale voudrait qu'un homme "bien" soit un homme fidèle, monogame et sans aucune pulsion sexuelle hors couple, alors que cette même société tend à valoriser le côté "mâle", "viril", "séducteur" de l'homme (publicités ou films par exemple... James Bond est un excellent exemple).

Les célibataires en savent plus long sur le mariage que les hommes mariés. Sans quoi, ils ne seraient pas restés célibataires
Petits joueurs
Le meilleur moment, en amour, c'est quand on monte l'escalier
Sacha Guitry

Paradoxe chez les hommes : ils veulent donner l'impression qu'ils sont des surhommes, sexuellement parlant. Qu'il s'agisse de plaisanteries ou de prétention, beaucoup s'auto-persuadent qu'ils sont les dieux de l'amour et du sexe. Or, beaucoup sont de simples chats qui s'amusent à attraper les souris... sans même les manger.

Je suis comme un chien qui court après les voitures. Je n'ai aucune idée de ce que j'en ferais si un jour, j'en attrapais une
Le Joker, "The Dark Knight"

Les libertines sont effarées du nombre de "petits joueurs" qu'elles découvrent sur les sites de rencontre. Tant qu'une femme se montre réservée et timide, les hommes n'auront de cesse de vouloir la séduire. Mais dès que la femme se montre entreprenante, elle se retrouve face à un mâle qui se dégonfle comme une baudruche.

Où sont les libertins ? ? ? - Voici une mésaventure arrivée à un couple d'amis. Un soir, leur fantasme était d'attacher Madame au lit et de lui bander les yeux. L'idée est d'inviter un homme seul qui va jouer avec Madame, alors que le mari les regarde. Le mari n'est pas bi, sa femme est une jolie blonde. Ils se sont mis à draguer sur MSN avec la webcam. Ils ne tardèrent pas à intéresser un homme et rendez-vous fut pris immédiatement. Une heure plus tard, toujours personne... Le candidat s'était évaporé ! Bien... Ils harponnent un autre homme, tout aussi intéressé. Re-rendez-vous... Re-lapin !
S'amuser, assumer : On mélange les lettres, et les mecs prennent peur

Face à cette attitude fuyante, les libertines peuvent ressentir l'amère impression de ne pas plaire ou de faire peur aux hommes.

Mais ce sont les hommes qui sont désarçonnés dès qu'ils passent de chasseur à gibier. Quelques histoires véridiques sur les "petits joueurs" sont très bien racontées sur ce site dont voici un extrait :

Ouh le petit joueur - nous sommes dans un club libertin, un libertin confirmé et trois de ses amies qui n'ont pas froid aux yeux sont assis dans un coin de la discothèque. Ces gazelles au point d'eau rêvent de se faire entreprendre par un lion. Le voici :
[...] Un monsieur arrive, bien de sa personne. Il regarde les trois belles femmes nues tout en restant dans l’encoignure de la porte. Il avance vers miss maxi gang bang d’un pas hasardeux et commence à se masturber. Discrètement il referme l’un des battants de la porte et nous dit :
- « Je peux fermer la porte ? »
On lui répond en cœur
« Ha non, ne ferme pas la porte on attend du monde ! » et je rajoute avec un large sourire
« Ne t’en fais pas, avec nous tu ne crains rien ! »
Le compagnon de miss maxi gang bang l’interpelle et lui dit :
« vas y, elle t’est offerte, fais ce que tu veux avec elle, tout est permis, baise-la ». Le Monsieur jette un coup d’œil derrière lui.
- « C’est à moi que l’on s’adresse ? ».
Il n’en croit pas ses yeux ! On lui offre une femme et il peut faire ce qu’il en veut. Et il n’en fait rien…
C’est sans doute trop pour lui, alors il se dirige vers Monia queue tendue et celle ci ne tarde pas avaler goulûment ce beau membre. Le monsieur est tout dur, un vrai régal. Monia me demande :
- « Il peut me baiser », je lui réponds : « Tu l’as mérité, tu as été sage ? »
- « Oui très sage » me répond-elle.
Alors OK, profite de ce sexe, fais toi baiser.
Le monsieur la pénètre, il est très excité par cette chatte offerte et le regard de braise de Monia qui ne tarde pas à gémir et lui dire :
- « Ho oui, baise moi, vas y baise moi… »
Et là... Oups ! Elle se retrouve avec une guimauve entre les jambes. Ces quelques paroles ont suffit à faire débander le monsieur, qui s’en excuse en prétextant avoir déjà joui plusieurs fois auparavant…Trop hard pour lui sans doute.
Quel gâchis ! - [...]Un phénomène que j’ai remarqué depuis que je ne contacte plus les hommes dans un but sérieux et à long terme, est que ceux-ci ont tendance à se dégonfler et à poser les lapins. Sur dix rendez-vous que je donne, il peut y en avoir deux ou trois, si je suis chanceuse, qui se donnent la peine de venir me voir. Souvent j’attends, maquillée, coiffée, habillée, rasée, etc., des heures durant, près de ma porte, sans que mon rendez-vous ne se pointe, sans qu’il ne donne même la peine d’appeler. Je ne comprends pas ce phénomène.[...]
Source : http://godivann.wordpress.com

Beaucoup d'hommes vivent dans une sorte "d'urgence sexuelle". Leur excitation est si forte qu'ils peuvent en arriver à se masturber, massacrant ainsi leur désir juste avant le rendez-vous coquin.

Etes-vous un homme en couple, libertinant clandestinement ?

Cela fait trop longtemps que je ronge mon frein ! C'est décidé, je vis ma vie sexuelle de mon côté, sans quitter ma femme !

C'est le cas très courant, le plus mal vu, le plus "honteux".

Partagisme et tromperie peuvent se conjuguer.

La plupart des hommes seuls que vous rencontrerez (les deux tiers d'après Souri) sont en réalité mariés ou en couple, mais ne libertinent pas avec leur compagne pour deux raisons :

Amour et sexe indissociable ? - Un copain célibataire m'a dit qu'il pourrait libertiner en compagnie d'une femme, mais en tout cas pas avec la femme qu'il aimera.
Les femmes aussi - Delphine est une copine qui s'adonne seule au libertinage. Elle est pourtant mariée et amoureuse, mais elle a envie de vivre sa vie de libertine en marge de son couple.

Un homme peut tromper sa femme avec autant d'autres femmes qu'il veut, sans cesser d'aimer profondément sa compagne officielle, et sans aucune envie de la quitter. C'est magnifiquement représenté par le film "Le Coeur Des Hommes 2", dont cet extrait vidéo est criant de vérité.

Etes-vous une femme libre ? (célibataire/divorcée/veuve)

Un faux couple de circonstance : démarrage sur les chapeaux de roue - Lors d'une fête estivale en 2007, nous avons convié une trentaine de proches pour un barbecue. En soirée, les gens partaient petit à petit, et nous n'étions plus que quatre : Souri et moi, ainsi qu'un libertin confirmé et une copine célibataire, non libertine (intéressée par le sexe, sans trop l'exprimer). Appelons-les Pascal et Sophie. Sophie était en jupe, assise sur une chaise, face à nous trois, et, sur un ton aussi coquin qu'innocent, nous lui avons demandé de décroiser rapidement les jambes afin que nous puissions deviner la présence/l'absence d'une culotte !
Prise au jeu, cela l'a émoustillée de nous voir si attentifs à ses mouvements de jambes furtifs! Nous l'avons ensuite conviée à s'asseoir vers nous, et elle se laissait volontiers effleurer, caresser ! Cela n'a pas été plus loin. Quelques jours plus tard, Pascal et Sophie ont repris contact. Elle se sentait prête à vivre de véritables expériences échangistes, sans pour autant se mettre en couple. Leur pseudo-couple a duré quelques mois, mais ils ont vécu tout de suite d'intenses, régulières et nombreuses expériences a trois, quatre et bien plus.
Sophie a ensuite coquiné en célibataire. Elle s'éclatait vraiment, et trouvait qu'elle avait perdu trop de temps à se priver des plaisirs du sexe libre. Un jour, elle est tombée éperdument amoureuse. L'homme convoité n'était pas libertin, et elle n'a pas osé lui avouer qu'elle sortait de quelques mois de coquineries.
Cette histoire d'amour n'a duré que quelques semaines. A nouveau seule, elle n'a pas "re-libertiné" comme avant. Elle nous a dit qu'elle n'avait pas vécu de coup de foudre depuis plus de vingt ans, et que dorénavant, elle laissait tomber le sexe, et qu'elle se remettait en quête perpétuelle d'un nouveau "coup de foudre".

C'est l'éternel féminin, et quel que soit le degré de libertinage des femmes que vous rencontrerez, elles resteront toujours des femmes en quête du "prince charmant".

C'est la femme qui choisit l'homme qui la choisira

Bien que les femmes libres et libertines ne soient pas monnaie courante, Nous en connaissons quelques-unes ! Parmi celles-ci, une grosse majorité, recherchent le Grand Amour, et empruntent les chemins de traverse partagistes en attendant. Elles s'éclatent sexuellement plutôt que de "tricoter des chaussettes pour l'hiver" (pour reprendre l'expression de l'une d'entre elles).

Souvent, femme varie
Bien fol est celui qui s'y fie

Certaines l'ont finalement trouvé, ce grand amour (parfois par le biais du libertinage, bien que ce soit exceptionnel). Elles prétendent alors ne jamais plus vouloir libertiner, voire même regrettent-elles de s'être ainsi "données à tout le monde". Un peu comme si le libertinage était la salle d'attente de l'amour. Mais les retournements de situation sont fréquents, et elles s'adonnent à nouveau aux plaisirs des sens.

Pourquoi regretter cette période libertine ? Elles y ont trouvé un réel plaisir ! Tout le monde à bien le droit d'avoir une passion temporaire, même sexuelle !

De nos jours, le divorce est communément admis, et une femme qui refait sa vie vers la quarantaine est totalement acceptée.

Exit le Prince Charmant et les illusions. Place à l'émancipation. Il est temps de voir le monde du couple tel qu'il est et non pas comme il nous a été conté. Le libertinage peut être bien tentant pour ces femmes à nouveau libres.

Une libertine est souvent une femme qui a vécu avec un ou plusieurs hommes et qui, finalement, préfère demeurer célibataire, avec sa vie, ses ami(e)s, son travail, ses enfants, et une vie sexuelle sans engagement.

Elle ne désire pas/plus rendre de comptes. Elle aime sa liberté, et ne désire pas s'en départir.

Je ne sais pas ce que je veux, mais je sais ce que je ne veux plus
Ces libertines qui s'ignorent
Notre histoire : Souri et moi sommes un couple si libre qu'il nous arrive d'avoir des relations "extraconjugales" l'un sans l'autre. J'ai connu Murielle (50 ans) sur un site de rencontres traditionnel ; j'ai échangé avec elle quelques longs mails, qui étaient extrêmement poétiques. C'était une véritable fleur bleue, et je m'étais annoncé comme quelqu'un de divorcé, qui profitait de son célibat, ne recherchant pas à se recaser. A vrai dire, je ne pensais plus vraiment à coucher avec elle, tant elle affichait un traditionalisme conventionnel dur comme du béton au niveau de sa vision du couple. Elle a malgré tout accepté une entrevue dans un café. La discussion était sage au début, mais tirait sur le sexe petit à petit. Elle était curieuse. A ma plus grande surprise, elle m'a dit : "Qu'est ce que tu me proposes, maintenant ?". Un peu surpris, je lui proposai de venir chez moi, et nous avons couché ensemble sans se poser plus de questions.
Nous avons ensuite gardé le contact, je m'inquiétais de savoir si elle ne souffrait pas de s'être offerte juste pour le plaisir, mais au contraire, elle en redemandait ! Quelques mois plus tard, elle était toujours aussi enjouée. Le feu était allumé, et elle n'avait pas envie de l'éteindre. Elle m'avoua qu'elle n'avait couché avec personne d'autre pendant ces mois. Je lui ai alors proposé quelque chose d'inconcevable pour elle : coquiner avec moi, mais devant celle que j'avais nommée ma "libertine attitrée" : Souri, spectatrice.
La proposition lui tombait dessus comme le ciel sur la tête. Et, à notre plus grande stupéfaction, elle accepta, réticente, mais amusée.
Elle est arrivée chez moi, Souri était là, et nous nous sommes attablés au salon, grignotant quelques petits fours, copieusement arrosés de champagne, qu'elle a elle même demandé, car elle luttait contre ses inhibitions. Lorsque j'ai posé ma main sur sa cuisse, elle s'est laissé faire, et elle même a proposé que nous nous éclipsions à deux dans la chambre, demandant à Souri de nous rejoindre dix minutes plus tard. Nous nous sommes déshabillés, avons commencé à coquiner, puis, comme convenu, Souri est venue nous rejoindre, dans un fauteuil.
Quand Souri s'est levée, un peu plus tard, pour aller chercher la bouteille de champagne entamée, Murielle me dit : "On peut lui demander de nous rejoindre ? Je n'ai jamais touché une femme, j'ai envie"...
Evidemment, que c'était possible ;-)
Les libertines sont-elles des nymphomanes ?
Danse comme si personne ne te regardait. Chante comme si personne ne t'entendait, là est la clé de ton bonheur

Confondre "libertine" et "nymphomane" est aussi insensé que d'amalgamer "gourmande" et "boulimique". Il y a de plus, dans l'assertion "Les libertines sont des nymphomanes", une connotation sexiste d'une mauvaise foi flagrante !

Une libertine est juste une femme qui aime et assume sa sexualité de groupe, sans tenir compte du jugement des autres.

Etre libertine n'est pas facile, notamment à cause du regard des autres.

Je je suis libertine, Je suis une catin.
Je je suis si fragile, Qu´on me tienne la main
Mylène Farmer

La nymphomanie est un terme galvaudé, utilisé abusivement pour désigner (culpabiliser) les femmes qui ont des envies sexuelles fréquentes et intenses.

Plutôt que d'étiqueter sauvagement (obsédé(e), nymphomane, coincé(e), frigide), Il serait plus judicieux de décrire une "échelle des besoins sexuels" sur laquelle chacun s'échelonne entre "asexualité" (absence totale de pulsion sexuelle) et "hypersexualité".

Et les hommes, alors ?

Les hommes aux besoins sexuels exagérés n'existeraient-ils pas, d'après le dictionnaire ? En fait, le pendant masculin porte le doux nom de "satyriasis", mais qui donc a déjà entendu ce terme ?

Si nous avons des besoins sexuels trop faibles/trop forts, la vie sera plus compliquée que si nous ressentons des envies jugées "normales" pour notre/nos partenaire(s).

Quelle est la fréquence normale des rapports sexuels en couple ?

"Il n'y a pas de règle" - disent les journaux - La bonne fréquence est celle qui vous convient (pour information, la moyenne générale est de 2-3 fois par semaine").

Osez seulement avouer que vous faites l'amour une fois par trimestre ou trois fois par jour ! Vous déclencherez un sourire qui sous-entend : "Tu plaisantes, n'est-ce pas ?"

Imaginons un couple légitime dont les deux partenaires ont des besoins sexuels plusieurs fois par jour : ils seront considérés comme des "chauds lapins". Mais s'ils se quittent, et que sa compagne s'installe avec un homme qui n'a pas autant de besoins... Cette femme sera-t-elle alors tout à coup considérée comme "nymphomane" ?

Etes-vous une femme en couple, libertinant clandestinement ?

Les femmes mariées libertines que nous connaissons, endurent de sérieuses difficultés dans leur couple, et sont souvent près de rompre, a contrario des hommes qui peuvent libertiner clandestinement toute leur vie alors que leur couple fonctionne à merveille. Certaines d'entre elles avouent leurs frasques à leur conjoint, d'autres pas.

Voici une liste non exhaustive des problèmes de couple qui peuvent conduire une femme au libertinage clandestin :

Maintenant, elle peut-être "prisonnière de son couple" pour différentes raisons :

Il n'est jamais trop tard pour bien faire - Nous connaissons une femme de 59 ans, mariée depuis plus de trente ans. Son mari est atteint d'une maladie dégénérative diminuant son autonomie et sa libido (érection difficile/impossible). Cette femme, pourvue de besoins sexuels conséquents, est donc frustrée. Elle ne désire pas quitter son mari : elle l'aime, et il a besoin de son aide.
Elle s'est trouvée devant un dilemme cornélien :
Elle a choisi cette dernière solution... Est-ce la meilleure ? Nous ne sommes pas là pour juger.

Etes-vous une paire d'amis ?

Vous vous entendez bien, et voulez partager ces moments d'excitation ensemble ? C'est peu commun mais pourquoi pas ?

Je ne le souhaite à personne - La pire aventure qui m'est arrivée date d'avant ma rencontre avec Souri (je n'étais pas un habitué des clubs libertins). Je discutais d'échangisme avec une copine qui paraissait très intéressée. Je savais qu'elle multipliait les hommes, mais toujours un par un. Je lui ai proposé de m'accompagner au BodyX. Elle accepta, mais quelque chose me chagrinait : j'avais la nette impression de ne pas lui plaire. Le jour J, j'osais lui demander franchement :
- Excuse la franchise de ma question, mais est-ce que je te plais ?
- Non.
- Ah ! ... Ne pense-tu pas que se présenter en couple dans ces conditions ne risque pas de poser quelques problèmes ?
- Non, on y va pour échanger !
Je restais persuadé que cela allait mal se passer. Là-bas, nous avons dansé ensemble, et elle s'est approchée d'un autre homme. Je me suis naturellement approché de sa compagne (ne connaissant pas encore les usages), mais elle n'était pas réceptive. Tout à coup, ma copine s'en est allée avec l'autre homme dans un coin câlin, nous plantant ainsi sur la piste. J'étais souriant, avenant, pas trop insistant, mais lorsque j'ai accentué mon approche, elle m'a annoncé sèchement qu'elle venait dans ce genre de club uniquement pour faire plaisir à son copain. Elle était piégée ! Moi aussi du coup ! Surmontant le malaise, je lui ai proposé de nous déplacer vers les coins-câlins. Nous avons observé plusieurs couples qui coquinaient (dont ma copine et son copain), et nous avons échoué sur un banc, attendant le retour de nos accompagnants. A leur retour, j'essayais de garder une contenance malgré la frustration extrême et le moral dans les chaussettes, mais la rancoeur m'étouffait. Nous sommes partis. J'ai posé ma ""copine"" devant chez elle, sans avoir le courage de lui dire à quel point je me sentais dévalorisé, rejeté et déçu. Je l'ai soigneusement rayée de mon carnet d'adresses.

Cette anecdote n'est évidemment pas une règle, et on peut certainement passer de très chouettes soirées "entre ami(e)s libertin(e)s" !

Sites de rencontres "sérieuses" pour célibataires

Même si les webmasters s'en défendent, les sites de "rencontres sérieuses" sont habités en partie par des libertins (et quelques libertines). Même si les femmes recherchent des relations "sérieuses", une partie d'entre elles ne crache pas sur une aventure avec un homme qui sait les charmer.

Des souris et un homme - Lewis Wingrove, 44 ans, lyonnais, alias Nick, s'est connecté sur le plus grand site de rencontres de France, en 2005. Une année durant, il s'est ingénié à coucher avec le plus de filles possibles. Il en a rencontré 52, couché avec 26. Il raconte son histoire dans son livre "Des Souris Et Un Homme", édité chez Robert Laffont.
La réaction spontanée de certaines femmes est le rejet et le dégoût. Les hommes ressentent plutôt l'envie d'en faire autant.
Loin d'être un psychopathe, il a vécu sa sexualité d'homme sans fausse pudeur. Il a mis sur pied un forum "socio-cul", dénommé JNSM (Je Nique Sur M.).
Le libertinage vécu par un homme qui l'assume n'est pas facilement accepté. Voici par exemple un extrait de forum qui descend Nick en flèche.
Vous pouvez le voir en vidéo, qui s'explique ici.

Beaucoup d'hommes cherchent la passion fugace, à tel point que nombre d'annonces féminines précisent " Aventuriers s'abstenir".

Les hommes ne s'annoncent guère libertins sur ces sites "sérieux". De toute façon, leur annonce est très contrôlée, et la moindre allusion sexuelle est censurée.

Quand une femme dit "non", c'est "peut-être"
Quand elle dit "peut-être", c'est "oui"
et une femme qui dit "oui", ce n'est pas une femme.

Certains sites de rencontre proposent de cocher "aventures", "relation sérieuse" ou "nouvelle rencontre". Cocher "aventure" fait fuir les femmes. Celles qui cochent "aventures" sont quasi inexistantes. L'idéal consensuel consiste à cocher "nouvelles rencontres".

Vous avez dit hypocrite ?