La pensée du moment : " La moyenne de la durée des pratiques échangistes se situe entre six et sept ans "
Le plaisir est doublé quand on est deux... Mais est-il triplé quand on est trois ? Quadruplé quand on est quatre ? Le calcul n'est pas si simple ! La stigmatisation du plaisir sexuel gangrène notre société. Il est de bon ton d'assurer qu'on "a" et qu'on "vit" ses fantasmes, mais l'apport d'une tierce personne ou d'un autre couple au sein de son intimité conjugale provoquera des froncements de sourcils et une quinte de toux..
Le plaisir est doublé quand on est deux... Mais est-il triplé quand on est trois ? Quadruplé quand on est quatre ? Le calcul n'est pas si simple ! La stigmatisation du plaisir sexuel gangrène notre société. Il est de bon ton d'assurer qu'on "a" et qu'on "vit" ses fantasmes, mais l'apport d'une tierce personne ou d'un autre couple au sein de son intimité conjugale provoquera des froncements de sourcils et une quinte de toux..

Un singulier désir pluriel

Qui sommes-nous ?

Notre botte secrète, c'est le dialogue

Et vous, qui êtes-vous ?

Un singulier désir pluriel

Oh !

La bouche et les yeux s'écarquillent. Le mot est lâché : "échangisme !".

Minuscule éclat de rire jaune, petite gêne, énôôôrme intérêt. On adore. On déteste.

Moi, je ne pourrais jamais !

affirme l'une d'un ton péremptoire…

Mais pourquoi pas ?

rétorque l'autre, avec un sourire.

Que l'on soit pour ou contre, hommes et femmes sont réunis sous le sceau de la curiosité brûlante. L'aspect transgressif du sujet ne laisse personne de marbre.

Ne vaut-il pas mieux "ouvrir son couple", que pratiquer l'adultère dans l'ombre et la trahison ?

La société judéo-chrétienne dans laquelle nous baignons bon gré mal gré a une nette tendance à condamner tout ce qui se rapporte au plaisir des sens. Elle a généré une quantité d'idées fausses (la masturbation qui rend sourd est un exemple très parlant, si j'ose dire) qui sont elles-mêmes colportées par toute une frange de la population dite "bien-pensante".

Cette propension de l'homme à condamner le plaisir n'est-elle pas étrange ? Comme si la vie n'était pas assez difficile comme cela ! Imaginez-vous une société dans laquelle le plaisir de manger serait tabou ? Chacun mangerait chez lui, discrètement, dans une petite pièce fermée, comme des toilettes, toujours la même chose, sans jamais rien goûter d'autre. Les restaurants seraient des lieux de débauche extrêmement mal considérés, voire strictement interdits dans certains pays. Manger des mets raffinés, à quatre avec des amis, serait tenu sous le sceau du secret, et on pourrait même en ressentir de la honte. Auriez-vous envie de vivre dans une telle société ?

Et pourtant... Nous subissons au quotidien ce diktat sexuel.

Qui sont ceux et celles qui ont ouvert les portes de leur sexualité au monde extérieur ?

Comment ? Pourquoi ? Quand ? Où ?

Ce site web est à la fois un guide, mon histoire à moi, notre histoire à Souri et à moi, un FAQ (questions fréquemment posées), un recueil d'anecdotes, un almanach, une encyclopédie, un aide-mémoire : bref, quelque chose de vivant, que j'espère facile à lire, et le plus objectif possible.

Ce "guide" que vous lirez d'abord distraitement, un petit sourire aux lèvres... "juste pour savoir", se propose de vous apporter un éclairage nouveau.

Nous nous sommes efforcés de rester le plus clair, le plus objectif possible, tout en conservant un esprit positif, car nous avons beaucoup de plaisir à pratiquer et à faire partager cette sexualité "hors-normes" qui se déguste à plusieurs.

Débouclez votre ceinture, baissez vos sièges en mode couchette, nous allons nous envoyer en l'air !

Qui sommes-nous ?

Je m'appelle Michel, je me suis surnommé "Cha" durant la période où je suis sorti avec Souri, de 2006 à 2008. La grande majorité du contenu de ce site web est donc tiré des expériences que nous avons vécues ensemble durant cette période.

Nous nous sommes quittés en fin 2008 (pour des raisons qui n'ont rien à voir avec le libertinage). Souri vit maintenant avec un homme non libertin, et moi, j'ai passé une période de célibat durant laquelle j'ai rencontré Alexia. C'est mon amie, et elle a accepté de présenter avec moi la conférence sur l'échangisme pour débutants que vous pouvez consulter ici..

C'est en 2009, j'ai rencontré Alexia dans un sauna libertin (Le Top-Club). Au delà du feeling sexuel, nous avons ressenti une très forte attirance l'un pour l'autre, et l'amour est venu se greffer entre nous (comme quoi, c'est possible :-). Elle habite dans le canton de Vaud, et moi, à Genève.

Comme ce document a été écrit alors que Souri et moi étions encore ensemble, j'ai gardé le "Nous" et le présent pour parler de nos différentes expériences de manière plus simple et plus vivante.

Dès maintenant, je parle de Souri et moi-même (Cha).

Nous sommes respectivement nés en 1965 et 1964. Nous nous sommes rencontrés sur un célèbre site de rencontres dites "sérieuses" en avril 2006.

Notre première rencontre réelle a eu lieu chez Souri, le 23 avril 2006, à quatre heures du matin. Après une longue discussion mélangeant savamment "sexe" et "relations humaines", nous avons constaté que nous étions sur la même longueur d'onde libertine et brûlante :

Souri est une femme qui parle de sexe et le pratique sans tabou, empreinte d'une solide expérience sexuelle et d'une très bonne connaissance des hommes (et des femmes).

Cha (donc moi) est un homme qui rêve depuis toujours de vivre une sexualité ouverte, explosive et dépourvue de culpabilité.

Nous avons démarré notre relation par un jeu bien particulier : nous avons fait l'amour, nous refusant le droit de jouir. Quatre heures de caresses, cunnilingus, fellations, et pénétrations, sans jamais laisser l'orgasme nous foudroyer. Au terme de "la nuit", nous avons rompu le contrat à coup de plaisir, jouissant simultanément à en faire trembler les murs !

Notre couple naquit ainsi. Une union sexuellement ouverte à tous les fantasmes ainsi qu'aux autres couples, femmes et hommes.

Nous avons ainsi pratiqué l'échangisme, le triolisme, la sexualité en grand groupe, le SM, l'urologie, parfois accompagnés des gadgets sexuels les plus exotiques.

Nous sommes un couple atypique. Le libertinage coule dans nos veines naturellement. Tout le monde ne peut pas suivre la voie du partagisme (Ce terme est défini un peu plus loin, c'est une sorte de synonyme d'échangisme) de manière aussi évidente.

Souri et moi pratiquons l'échangisme, mais nous nous permettons, en sus, de vivre séparément des expériences sexuelles avec d'autres partenaires. L'idée que Souri couche avec quelqu'un d'autre m'excite énormément (voir "Candaulisme"). J'adore qu'elle me raconte ensuite sa séance avec moult détails. J'aime ensuite lui faire l'amour alors qu'elle est encore empreinte de l'odeur du partenaire dont elle vient de prendre congé !

Réciproquement, elle me laisse aussi ma liberté sexuelle tous azimuts mais, par contre, ça ne l'excite pas. Elle tolère volontiers cet échange de bons procédés sans pouvoir en faire (ou rarement) un jeu excitant. Toutefois, lorsqu'elle revêt sa peau de voyeuse, elle se délecte à me regarder coquiner avec une autre fille devant elle.

Les pratiques libertines de couples sont en général mal comprises, y compris par une frange de libertins, estimant pour le coup, que nous ne formons pas un "vrai" couple. Quoiqu'ils en pensent, nous formons un couple tout à fait concret, qui s’adonne à une sexualité sans tabou.

Cette liberté intégrale doit être appréhendée de manière rigoureuse et responsable. Lorsque Souri couche avec un homme, il lui arrive de ressentir un "coup de coeur", ce qui peut me rendre un peu jaloux.

Elle me rassure très bien, et sait alors prendre de la distance avec ces "sentiments parasites". Nous respectons nos sensibilités respectives afin de ne jamais mettre notre couple en péril.

Notre botte secrète, c'est le dialogue

Il est important de n'avoir aucun secret l'un envers l'autre, tout se dire, dans la plus grande franchise, parler de nos doutes et de nos incertitudes afin de mieux les combler.

Pour ma part, je refuse que Souri teste avec un autre homme une pratique sexuelle que nous n'avons jamais pratiqué ensemble. De son côté, Souri ne supporte pas que je passe la nuit complète avec une fille. Comme vous voyez, malgré notre expérience, nous restons des êtres humains, sensibles et fragiles. Nous avons nos petits secrets qu'on se murmure à l'oreille, qui sont autant de petits détails entre elle et moi.

Croire que le partagisme intensif que nous pratiquons nous empêche de ressentir des sentiments amoureux est aussi idiot que d'imaginer qu'un soldat est incapable d'aimer sa femme car il est capable de partir à la guerre.

Et vous, qui êtes-vous ?

Aimerais-tu presser ton corps contre un autre corps ? Sentir le souffle chaud ? Découvrir les odeurs ? Essayer différentes positions ? Entrer, sortir… Par devant, par derrière ? Oui ? Alors, prends le bus !

Le monde ne se scinde pas en deux parties distinctes : "les échangistes et les autres". Il existe une infinité de nuances. Avant d'aller plus loin, il est important de vous connaître, de vous définir, de vous situer le mieux possible par rapport à la notion de "sexualité ouverte".

Avez-vous déjà vécu une expérience libertine ? Cela vous a-t-il plu/dégoûté ? Fantasmez-vous sur le fait d'en vivre une, de recommencer ? En avez-vous peur/honte ? Regrettez-vous que cela vous soit, ou ne soit jamais arrivé ?

Il est primordial de s'accepter tel qu'on est, soi et ses envies. Ne vous mentez pas, acceptez la Vérité de vos envies, avec un "V" majuscule, comme des jambes écartées. ;-)

Si tu peux voir ta femme, ou ton mari s'offrir
Sans en être jaloux, sans devoir pâlir
Et être spectateur pour voir ton partenaire
Se donner tout entier, sans parler d'adultère.
Si tu peux tout permettre, dans les fêtes charnelles
Si tu peux accepter et sans mot laisser faire
En trouvant ton plaisir dans l'extase de l'autre
Sans peur qu'un autre amour ailleurs ne te l'emporte
Si tu peux supporter d'entendre tes paroles
Murmurées par un autre au secret de l'alcôve
Et de voir, devant toi, s'unir leur bouches folles
Ou un autre oser, ce que jamais tu n'oses.
Si tu peux rester digne, même dans le vulgaire
Et lui faire l'amour par un intermédiaire
Pour le faire toi-même à un tout autre corps
Sans altérer, ensuite, au foyer, vos rapports.
Si tu sais qu'elle est tienne, sous les assauts d'un autre
Et qu'elle te sait à elle, au bras d'une étrangère
Que son coeur t'appartient, et qu'elle te voue son âme
Que tu honores une autre mais qu'elle reste ta femme
Si tu sais oublier, lorsque le jour revient
Pour redevenir couple, et ensemble être bien
Heureux d'avoir donné à l'autre d'autres rêves
En s'aimant tout autant lorsque le jour se lève
Si tu peux rencontrer de nouvelles conquêtes
Et partager ensemble les frissons et les cris
Si tu sais séparer joies du coeur et du sexe
Et prendre comme un jeu ces ivresses et folies
Si tu sais lui offrir d'autres mains d'autres corps
Et en sortir unis et en sortir plus forts
Si tu sais partager sans aucun sacrifice
Vous pourrez être alors un vrai couple échangiste.
(Loisirs 2000, Damoclès)